Psychologie et Photographie

N.D.L.R. –Ceci constitue la première ébauche d’un article–

Ce site voit à peine le jour… Et pourtant, j’ai encore des tas de projets en tête dont notamment un prochain challenge photographique. Il consiste à approfondir les liens qui unissent la psychologie et la photographie. Vous avez certainement entendu cette affirmation qui affirme que si vous photographiez votre nourriture alors, du moins pour certains psychiatres, vous souffrez d’un problème psychologique. Que dire de nos pauvres photographes spécialistes du nu…

Plus sérieusement, je recherche que peuvent avoir de commun ces deux disciplines que sont l’Art Photographique et les Sciences Psychologiques. Une première piste que je me dois d’explorer est celle de l’appareil photographique vu comme un Médium pour établir une communication avec des jeunes enfants souffrant de troubles autistiques. Plusieurs études et plusieurs expériences témoignent d’un certain succès dans l’établissement d’un canal de communication par le biais de la photographie dans le cadre d’ateliers photos.

La question que l’on pourrait se poser au travers de ces ateliers est la suivante : la pratique de la photographie a-t-elle des vertus thérapeutiques ? La réponse à cette question est malheureusement négative. Ce n’est pas la photographie en tant que telle qui est thérapeutique. Par contre, tout se joue dans la relation qui peut se nouer entre le photographe et les enfants / adolescents au travers du médium qui est l’appareil photo.

La photographie fait référence aussi bien à l’Education qu’à l’Enseignement. Pour beaucoup certains apprentissages sont nécessaires à la pratique de la photographie. Il faut apprendre, connaître et maîtriser certaines techniques comme l’ouverture, le temps d’exposition, les iso, la balance des couleurs,… Un enseignement est donc nécessaire. A l’inverse, la photographie peut aussi faire appel à nos sens. Elle peut permettre de transmettre certaines valeurs comme par exemple sensibiliser au « beau ». Comment mieux expliquer l’esthétique à un enfant que lors d’une visite d’une exposition photo par exemple. Cette méthode est certainement plus efficace que de lui apprendre la règle des tiers… Le fonctionnement des enfants fait plus souvent référence à l’intuition et aux émotions qu’au rationnel. Pour « communiquer » avec un enfant nous devons aborder celui-ci avec une approche Educative et non par des apprentissages systématiques. La grande limite des ateliers photos se situe à se niveau. Le but n’est pas de faire de belles photos (au sens technique du terme) mais serait plutôt de faire des photos qui nous plaisent. Et par la suite, trouver les motivations pour progresser. Et ce progrès passera inévitablement par la technique, et cette technique par la maîtrise. Et la maîtrise requiert des connaissances… Evitons de faire le chemin inverse.

D’autres tentatives existent pour tenter de faire de la photographie un objet d’étude psychologique. Ainsi, dans son mémoire, Nicolas Bilodeau (Université du Quebec, 1996) examine les liens entre le potentiel créatif du photographe amateur et ses comportements orientés vers la découverte au stade de la mise au point du problème avec l’originalité de son produit photographique.

Lien du Mémoire (Cliquez Pour le pdf complet).

Une autre expérience est l‘Atelier Photographique au Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel d’Arles. Celle-ci a eu lieu de janvier à mai 2006. Ce centre est fréquenté par des patients atteints de troubles psychotiques ne nécessitant pas une hospitalisation.

Bilan Arles (Cliquez pour le pdf complet)

Une très belle contribution dans le couple Photographie-Psychologie est celle qui nous est fournie par Jeanne Vaillant. Elle explore dans son mémoire  l’utilisation de la photographie comme vecteur de communication pour des enfants souffrant de troubles envahissants du développement.

Memoire_JVAILLANT_2010 (Cliquez pour le pdf complet)

 

Le nu photographique

Certains photographes spécialisés dans le nu, présentent la photographie comme une thérapie permettant d’aider les personnes à reprendre confiance en elles et à accepter leur corps, en posant devant l’objectif d’un appareil photo.

D’autres utilisent la photo comme une véritable thérapie

 

http://www.mariefrance.fr/psycho/coaching/retrouver-confiance-avec-la-photographie-therapie-12690.html

Dans un excellent article, Caroline Civarelli (psychologue au centre Étienne-Marcel, Paris) s’interroge sur l’objet de la photographie comme médiation thérapeutique.

Caroline Civalleri « La photographie : un objet de médiation thérapeutique ? », Enfances & Psy 1/2005 (no26), p. 55-66.
URL : www.cairn.info/revue-enfances-et-psy-2005-1-page-55.htm.
DOI : 10.3917/ep.026.0055.

 

One thought on “Psychologie et Photographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>